a
Sorry, no posts matched your criteria.

LAURA GULSHANI

Le maximalisme et minimalisme des années 90 font partie des inspirations de Colombe Campana pour la collection Automne-Hiver 2019/2020.  Nous avons rencontré deux artistes dont les différentes techniques nous rappellent ces thèmes opposés.

Les inspirations de Colombe Campana de la collection Automne-Hiver 2019/2020 sont illustrées par deux artistes ayant un univers opposé.

D’un côté, le minimalisme est représenté par Hélèna Soubeyrand, et de l’autre, le maximalisme par les couleurs et la grandeur des toiles de Laura Gulshani ! Arrivée tout juste de Toronto, cette dernière nous emmène découvrir ses looks coups de cœur ainsi que ses bonnes adresses parisiennes !

Peux-tu te présenter en quelques mots ? 

Je m’appelle Laura Gulshani, je suis artiste et j’habite à Paris depuis peu. Quand je ne peins pas, je googlise des articles intéressants, je mange des ramens et je fais des randonnées dans la nature.

Comment as-tu commencé à être artiste ?

J’ai toujours peint, dessiné, sculpté à côté de mes études, j’ai continué à peindre à côtés de mes études, j’ai finalement décidé de faire de ses passions une carrière à plein temps ! J’ai continué à peindre jusqu’à l’université et j’ai finalement décidé d’essayer cette carrière à plein temps il y a environ deux ans.

Comment décris-tu ton travail ? Quelles sont tes techniques de peinture ?

Je décrirais mon travail comme n’étant ni de l’art ni de l’illustration…. quelque part entre les deux. J’aime être suggestive dans la façon dont je rends mes sujets, sans trop me concentrer sur le réalisme. Parfois, je laisse transparaître les contours noirs épais avec lesquels je commence ou la sous-couche de peinture dans le résultat final. J’ai commencé à travailler avec la peinture à l’huile il y a environ un an, et c’est devenu mon médium préféré !

Qu’est-ce que tu aimes peindre ?

J’adore peindre la nature, et encore mieux, des vêtements vraiment complexes avec en toile de fond la nature. Mélanger les deux donne un résultat fantastique !

Comment décris-tu la femme Tara Jarmon ?

Une fille sophistiquée et confiante qui sait ce qu’elle veut et qui elle est, et qui ne se soucie pas de ce que la société attend d’elle.

Les inspirations de la collection AH 19/20 sont le maximalisme et le minimalisme des années 90. Tu représentes le côté maximaliste de la collection Automne Hiver 2019/2020, qu’est ce qui définit ton univers ? 

Même si beaucoup de comptes commencent à se ressembler sur Instagram, je puise encore beaucoup mon inspiration sur cette plateforme. Principalement de la photographie de voyage, de nature et de mode. En dehors de cela, je revisite beaucoup d’œuvres post-impressionnistes de divers artistes pour m’inspirer à repousser mes limites. Je flâne et erre dans les villes où je me trouve, cela m’aide à m’inspirer au quotidien ainsi que les défilés de Valentino, Kenzo, Preen de Thornton Bregazzi ou Peter Pilotto qui alimentent mon âme artistique chaque saison.

Tu vivais au Canada, quels sont tes adresses favorites quand tu viens à Paris ?

Je découvre encore Paris, mais j’adore !
Klin d’oeil, 11 ème
Kintaro, 2 ème
PariSeven, 7 ème
Le Pavillon des Canaux,19 ème
Lac Daumesnil et Parc Montsouris

As-tu une anedocte à nous raconter ? 

Grâce à un ami collaborateur et client, j’ai pu obtenir une invitation au défilé Chanel S/S18. Regarder mes mannequins préférés marcher, voir des personnalités de la mode, et la grandeur du spectacle lui-même, c’était une expérience surréaliste… Après, je suis allée prendre un café chez McDonald’s, c’était une sacrée journée !

Quels sont tes projets à venir ? 

Être plus à l’aise en français, avoir un atelier spacieux avec un immense plafond de verre, maîtriser un four et peindre sur des toiles encore plus grandes.

Une citation ou un mantra pour le mot de la fin ? 
« Soyez attentifs, reconnaissants et satisfaits. »